you're reading...
Expos

Architectures achevées #Centrale #Bxl #CentraleforContemporaryArt

ACM-La grande table« La Grande Table » est une installation de l’artiste Alfred Marié, qui signe ses œuvres ACM, contraction de son nom et de celui de sa femme, Corinne. Artiste outsider, sa production artistique procède d’une solution pour être au monde sans trop de douleur.

En créant les méandres de ses installations qui ressemblent à des villes fantômes, il illustre sans frein ce que son cerveau pense et ce que son cœur ressent. Dans un rituel bien précis, ACM recherche et choisit des pièces : métalliques, électroniques et plastiques, extraites de machines à écrire, de transistors, de réveils, d’horloges. Il les nettoie, les ponce, les peint puis les dégrade à l’acide, la rouille, les enduit.

Assemblées, ces quantités de petites structures créent des ensembles qui semblent immenses. Sur une grande table, des squelettes de constructions, des colonnes, des autels, comme des immeubles. On ne peut s’empêcher de se pencher vers ce fouillis effrité, proche de la désagrégation. Ici, l’infiniment petit prend des allures monumentales et oblige le spectateur à un va et vient entre le détail et l’ensemble. Si on s’en approche, si l’on scrute, on y découvre des dizaines de minuscules visages effrayés, hurlants, des centaines d’yeux écarquillés.

Tous ces rebuts d’un monde ultra technologique font comme un bond hors de la réalité, pour devenir des petits totems dédiés aux peurs, aux sensations et aux frayeurs d’un être trop fragile pour fonctionner dans la norme. Ces mythologies intimes sont bouleversantes car elles viennent toucher, avec leur esthétique chiffonnée, la frontière tendue entre l’esthétique et l’archaïque, entre le précis et l’angoisse. Autodidacte, ACM métamorphose ainsi une réalité qu’il ressent comme aride en un univers poétique et vibrant.

  • Distant Proximity
  • Centrale for contemporary art
  • 44 place Sainte Catherine
  • 1000 Bruxelles
  • Jusqu’au 8 juin

CARTE POSTALE parue en mars dans M… Belgique

À propos de Muriel de Crayencour

On écrit bien sur ce qu’on aime. J’ai beaucoup visité de musées et d’expositions depuis toujours et ai une formation d’artiste. J’aime aller admirer des œuvres. Chaque œuvre d’un bon artiste ouvre sur notre humanité, notre universalité. Cela me touche à chaque fois. Plus j'en découvre, plus mon appétit pour l’art augmente. C’est comme une gourmandise qui ne finit pas. C’est passionnant de se rendre compte que l’œil s’éduque, comme la voix, l’oreille ou le palais. Plus je vois des choses, plus je comprends l’art. Et plus je vois de l’art, plus je comprends l’humain. Muriel de Crayencour a rédigé des chroniques sur les arts visuels durant 5 ans pour L'Echo (www.lecho.be). Elle est actuellement journaliste culture pour M Belgique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :