you're reading...
Expos

A fond la forme!

FranzEWalther_By_SvenLaurentFranz Erhard Walther est un Allemand né en 1939. Toute sa vie, il s’est occupé de décomposer, de déconstruire l’oeuvre d’art en tant qu’objet immuable, posé sur un socle ou accroché au mur. En la décomposant, il l’a reformatée. Son travail minimaliste est déroutant, étrange mais aussi joyeux et ludique. Utilisant des grandes formes en tissu de couleurs vives qu’il pose sur le sol, il investit l’espace, créant une large sculpture, composant une oeuvre abstraite faite d’aplats et de volumes. Cette oeuvre est unique. Posée ailleurs, dans un autre espace, elle aurait été différente. Les éléments auraient été déposés dans un autre ordre, non connu. De plus, le visiteur peut manipuler les formes. Y passer la tête, les empoigner, les enfiler. L’ensemble, coloré, ludique, graphique, est ainsi en permanente mutation, en lien avec le lieu qu’il occupe et le spectateur qui le regarde. L’oeuvre devient l’assemblage de ses formes et du regard qui se pose dessus. L’oeuvre est cette performance silencieuse et surprenante.

Au niveau de la composition, si l’on pouvait observer l’ensemble  du plafond, on y trouverait l’influence de Mondrian : les formes géométriques, les droites, les aplats, les couleurs vives qui se répondent en un rythme musical. Il y a aussi un côté théâtre,  jeu de rôles, puisque ces formes peuvent être manipulées, mises en scène par le visiteur, jouer un rôle, entrer en dialogue (sous l’œil d’un assistant, tout au long de l’exposition).

Imaginez ce vieux Monsieur en chemise à carreaux qu’on a pu voir à l’ouverture de l’exposition, Franz Erhard Walther, aidé de quelques assistants, dépliant ses parallélipipèdes, ces demi-cercles, ces rouleaux de textile. Les plaçant là ou ici, cherchant l’endroit qui leur convient dans cette grande salle du Wiels. A l’étage, de très nombreux dessins d’archives. Walther est un dessinateur né. Il a beau produire une oeuvre minimaliste, il aime archiver ses expositions par le dessin. Une merveille de traits et d’écritures manuscrites. N’ayez pas peur, allez-y!

  • Franz Erhard Walther
  • Wiels
  • 354 av. Van Volxem
  • 1190 Bruxelles
  • Jusqu’au 11 mai

CARTE POSTALE parue en mars 2014 dans M… Belgique

À propos de Muriel de Crayencour

On écrit bien sur ce qu’on aime. J’ai beaucoup visité de musées et d’expositions depuis toujours et ai une formation d’artiste. J’aime aller admirer des œuvres. Chaque œuvre d’un bon artiste ouvre sur notre humanité, notre universalité. Cela me touche à chaque fois. Plus j'en découvre, plus mon appétit pour l’art augmente. C’est comme une gourmandise qui ne finit pas. C’est passionnant de se rendre compte que l’œil s’éduque, comme la voix, l’oreille ou le palais. Plus je vois des choses, plus je comprends l’art. Et plus je vois de l’art, plus je comprends l’humain. Muriel de Crayencour a rédigé des chroniques sur les arts visuels durant 5 ans pour L'Echo (www.lecho.be). Elle est actuellement journaliste culture pour M Belgique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :