you're reading...
Politique culturelle, Portraits

Interview du Ministre Courard à propos des pôles et du Cinquantenaire

url-1– Avez-vous eu l’occasion de prendre la mesure de l’état du bâtiment, des réserves et de la gestion du MRAH? Si oui, depuis quand?

L’état du musée du Cinquantenaire n’est pas digne d’un établissement de la capitale de l’Europe. Je l’ai dit et le répète. Mais ça ne date évidemment pas d’aujourd’hui. On a laissé ce bâtiment magnifique se délabrer et aujourd’hui, nous sommes arrivés à une situation extrême, alarmante. Cette institution contient pourtant des collections fabuleuses, un patrimoine unique qui mériterait d’être autrement valorisé.

A mon sens, il faudra d’urgence, lors de la constitution du prochain gouvernement, adopter un Master plan pour le Cinquantenaire, investir comme on vient de le faire à Tervuren, sinon le Cinquantenaire devra fermer. Je plaide pour que ce soit dans le programme de mon parti et que cela se retrouve évidemment dans l’accord de gouvernement du prochain gouvernement. J’ose espérer que tous les responsables politiques se retrouveront autour de cette ambition pour un lieu important de la capitale de l’Europe.

Toutes les grandes institutions culturelles et scientifiques fédérales ont bénéficié ces dernières années d’investissements substantiels : le Musée des Sciences naturelles a sa nouvelle Galerie de l’évolution, la Galerie des Dinosaures a été totalement rénovée et la galerie des Mammifères est en passe d’être rénovée également, le Musée Magritte est tout neuf, le Fin de Siècle Museum vient d’ouvrir, le Musée Royal de l’Afrique centrale de Tervuren est en rénovation, des travaux de désamiantage ont été clôturés aux Musées Royaux des Beaux-Arts, deux nouveaux dépôts des Archives générales du Royaume vont ouvrir cette année à Gand et Namur, et d’autres projets sont encore sur le feu. C’est donc clairement au tour du Musée du Cinquantenaire de bénéficier d’une cure de jouvence bien nécessaire et méritée.

– Pensez-vous pouvoir faire bouger au Cinquantenaire les choses avant la fin de votre mandat?

En tous cas, je veux lancer au plus vite un appel à candidatures pour la direction effective du Musée. Je trouve anormal qu’une telle institution soit dirigée depuis si longtemps par un directeur ad interim. Et la situation n’est évidemment pas confortable pour Michel Draguet, lequel exerce cette fonction importante sans rétribution supplémentaire, il est important de le rappeler. Il est temps que ce Musée soit dirigé par un directeur de plein exercice, qui met le Musée du Cinquantenaire au centre de ses préoccupations et redonne confiance à l’ensemble du personnel qui le compose. L’appel à candidatures pourra être lancé sous cette législature, mais la procédure, longue, sera difficilement clôturée en si peu de temps.

– Concernant le projet des pôles, quel est votre avis sur ce projet?

Comme vous le savez, j’ai décidé de ne pas soumettre le projet de réforme par « pôles », comme on l’a nommée, au Conseil des Ministres. D’abord parce que j’estime que, malgré l’énorme travail de grande qualité qui a été fourni, le projet n’est pas mûr. Il reste des inquiétudes, des craintes, qui méritent d’être encore entendues et levées. Et ensuite parce qu’une réforme de cette ampleur mérite d’être implémentée, suivie dans de bonne conditions. Et ici, le temps manque pour faire passer et suivre ce projet dans de bonnes conditions. Je ne vous apprends rien, nous sommes en fin de législature, il ne nous reste que quelques semaines, qui ne seront pas les plus sereines politiquement. Bref, la période n’est pas propice et le temps manque pour que cette réforme d’ampleur soit correctement mise sur les rails. A mon sens, cette réforme mérite que l’on prenne encore quelques mois. Que l’on continue à travailler, à se parler et à se concerter dans la sérénité.

Ce projet de réforme a comme énorme mérite d’avoir permis aux uns et aux autres de se parler, de s’écouter. Tous sont aujourd’hui conscients que des synergies sont nécessaires, ce qui n’était pas aussi évident il y a encore peu de temps. Continuons sur cette voie.

À propos de Muriel de Crayencour

On écrit bien sur ce qu’on aime. J’ai beaucoup visité de musées et d’expositions depuis toujours et ai une formation d’artiste. J’aime aller admirer des œuvres. Chaque œuvre d’un bon artiste ouvre sur notre humanité, notre universalité. Cela me touche à chaque fois. Plus j'en découvre, plus mon appétit pour l’art augmente. C’est comme une gourmandise qui ne finit pas. C’est passionnant de se rendre compte que l’œil s’éduque, comme la voix, l’oreille ou le palais. Plus je vois des choses, plus je comprends l’art. Et plus je vois de l’art, plus je comprends l’humain. Muriel de Crayencour a rédigé des chroniques sur les arts visuels durant 5 ans pour L'Echo (www.lecho.be). Elle est actuellement journaliste culture pour M Belgique.

Discussion

Une réflexion sur “Interview du Ministre Courard à propos des pôles et du Cinquantenaire

  1. Au vu de l’état du dossier, il n’y avait pas d’autre conclusion à tirer. Chantier pour le successeur.

    Publié par François Roelants du Vivier | 12 février 2014, 16:02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :